Les Contrevents


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pylos V. Ford
Admin


Messages : 90
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 10/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Tyran

MessageSujet: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Mer 6 Nov - 14:02


Le vent soufflait à des rafales affolantes et le Manoire tanguait laborieusement de droite à gauche. Imprévisible, mais pourtant si ordinaires, les vents se flanquaient contre la paroi abrupte de la falaise. Pylos jubilait, quasiment nu comme un vers, sur le flan de la falaise. Il tendait les bras en croix, un sourire torve sur son visage pâle, et ses muscles secs étaient bandés pour ne former qu'un. Il visualisait les tourbillons cinglants des vents les plus virulents se former sur l'horizon. Ils venaient droit vers lui, comme si son chant inaudible était tout droit adressé à la plus féroce de vague de vent jamais existé. Pylos essayait en vint de former l'arme la plus redoutable du siècle, mais malgré sa force et son dévouement pour voir la Grosse Pomme chuter, il n'y arrivait pas. Les murs du Manoir manquaient de s'écrouler à présent. Alors le Maitre des Vents se retourna et d'un geste bref, dévia la tempête pour épargner sa demeure et ses habitants. Tous le regardait d'un air ahuri. Qui est donc cet homme et quel pouvoir siège en lui ? Personne ne le sait vraiment. Sur le pallier de la porte, Tesha lui dépose un plaid sur les épaules et sans un mot Pylos monte les marches du grand escalier. Il n'adresse pas même un regard à Daren ou à Nicolaï, bien trop occupé dans ses pensées.

Il veut voir le Concile des 13 dissolu. Il veut que les habitants de New York subissent sa colère et sa haine. Il veut entendre les supplications et les cris des hauts bourgeois de cette ville damnée. Mais malheureusement, Pylos est bien loin du compte. Il y a encore du chemin à parcourir pour détrôner Asmarith et ses collaborateurs du trône. Mais il connait la faille du système et sait comment percer le dôme sans grande difficulté. Cependant, sa horde est bien trop faible pour le moment et il doit se contenté de se terrer comme un lâche. Chose qui fâche. Il devrait sans nul doute récupérer des Alticiens perdu dans la Zone Extérieure et leur prodiguer un meilleur avenir au sein de son groupe. Il pourrait même corrompre quelques Défenders aux laurés de la capitale, chose qu'il avait déjà faite à l'époque. Tant de choses à faire, mais tellement peu d'espoir.

Pylos se laissa tomber dans son siège, observant par la fenêtre la tempête tout emporter sur son passage. S'il n'avait pas été là, le Manoir aurait disparut depuis bien longtemps. Ces vents virulents emportent tout sur leurs passages, ne faisant aucune distinction entre arbres, roches, habitations ou humains. Ils emportent tout, déchiquetant, broyant, crevant ainsi toute chose construite, les rendant à l'état de poussière. Il vaut mieux éviter ce genre de tempête qui devient de plus en plus commun. La Zone Extérieure devient trop dangereuse pour les hommes, mais grâce à Pylos la horde peut continuer à survivre. Il se réveille toujours au dernier moment pour contrer un vent. Il est toujours là pour connaître les positions à adopter pour ne pas être emporté dans un vent qui aurait le malheur d'être capricieux. Car même s'il se proclamait maitre des vents, il ne les contrôlait pas tous. Pylos attrapa une pomme bleue et l'écrasa entre ses doigts. Il en avait plus que marre de devoir attendre et de n'avoir aucune récompense en retour. Il voulait que justice soit faite.

Quelqu'un vint l'interrompre dans ses pensées. La jeune Maria. Cette gamine qu'il avait retrouvé quasi morte il y a de ça plus d'un an. Elle s'était faite à la vie de groupe, mais pourtant peu des membres de la horde appréciaient son caractère. Elle n'était encore qu'une gamine dans sa tête et ne comprenait pas l'enjeu de ce système. Dernièrement, elle a faillit mettre à néant une mission, simplement parce qu'elle jugeait non nécessaire de se baisser et d'accrocher son harnais à la sangle de Nicolaï lorsque Pylos en eut donné l'ordre. Ainsi, il voulait la voir et lui faire comprendre qu'un tel comportement n'était pas acceptable au sein de la horde. Maria n'avait pourtant rien à craindre, car elle savait pertinemment que Pylos n'allait pas la condamner à l’errance.

« Maria … Prends place. »

La jeune femme lui tenait tête. Bien, Pylos aimait ça. Qu'on lui fasse tête. Ainsi, il pouvait prouver sa force et sa valeur. Montrer à l'autre qu'il n'était rien qu'un tas de vermines et qu'il n'aurait jamais la force ni même le cran de se lever contre lui. D'un simple geste, il fit claquer un coup de vent bref, juste et puissant qui fit perdre l'équilibre de la jeune fille, pour l'asseoir dans un fauteuil miteux. Un sourire narquois se dessina sur son visage blême. Ses yeux étaient injectés de sang et ses cheveux plaqués en arrière lui donnaient des allures de vieux mafioso. Il pivota sur ses talons et planta son regard de glace dans celui de la jeune fille. Elle paraissait encore plus fragile et maigre que lorsqu'il l'avait retrouvé. Elle lui devait la vie et pourtant, elle semblait le maudire de toute sa grace. Pylos éclata d'un rire rauque.

« Mais pour qui te prends-tu ? Tu crois que je ne sais pas ce que je fais ? Quand je te dis de te coucher tu te couches. Quand je te dis de te taire, tu dois le faire sans te poser la moindre question. Notre groupe fonctionne ainsi, c'est pour cela qu'il marche. C'est pour cela qu'on survie. »

Il se retourna dans son siège, croisant les jambes d'un air satisfait. Elle le dévisageait, de air provocatrice, mais Pylos n'en démordait pas. Ce n'est pas une gamine qui allait faire sa loi au sein de la horde. Elle n'allait certainement pas remettre en cause tout ce qu'il avait établi, tout ce qu'il avait construit de ses propres mains. Pourtant elle venait du bidonville, alors elle devait savoir ce qu'il éprouve, ce qu'il ressent et la haine qui l'anime envers la Capitale.

_________________

Je vois la vie en rose, avec des éléphants roses qui affectent ma prose, et des Marloes qui tapent la pose tandis qu'une poète compose à son ami la rose. Il lui compte qu'on est bien peu de chose, et qu'une bohémienne douée d'hypnose lui a fait voir son apothéose au travers d'une porte close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maira Da Vito
Horband


Messages : 60
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 3/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Danseuse

MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Lun 11 Nov - 9:39

Elle regardait ses mains trembler et sa peau plus blême que d'ordinaire. Elle songeait à cette vie merveilleuse qu'elle aurait du avoir et non pas celle-ci. Vivre dans la horde des contrevent était quelque chose dont elle n'arrivait pas à se faire. Tout le monde la détestait ici, surtout depuis l'incident. Pylos voulait lui toucher quelques mots sur le sujet. Nicolaï ne l'aimait pas du tout. En fait, il la haissait pour ce qu'elle dégageait et pour les caprices interminables qu'elle sortait à longueur de journée. C'est vrai qu'elle se plaignait beaucoup d'avoir froid et faim. La horde se nourrissait peu et le feu n'était visiblement pas une priorité pour tous. Maria était couverte de plusieurs pulls, de mitaines trouées et de grosses bottes bien chaudes. Mais pourtant toutes ces couches ne suffisaient pas à réchauffer son corps anguleux.

Nicolaï lui avait confié que Pylos allait se débarrasser d'elle, soit la réduire en poussière. Mais la jeune femme n'y croyait pas un mot. Après tout, cet homme si rancunier voulait sa mort par le simple fait qu'elle ait couché avec lui et qu'elle n'ait plus jamais donné de suite. Il avait été tellement brutal et semblait être si loin d'Eric, son premier amour. Il lui arrivait de repenser à lui. Mais il était mort et elle ne pouvait le revoir que parmi ses photos dépassées. L'ex danseuse passa l'encadrement de la porte et observa Pylos en contre jour. Il avait cette prestance imposante qui dégageait à lui seul la peur. Elle déglutit, mais ne présentait en aucun cas l'effrois, ni même la soumission. Maria était l'une des rares à lui tenir tête. Peut-être une tare qui avait valu la mort de tout le groupe la semaine passé. Lorsque le maitre des vents lui ordonna de prendre place dans l'un des fauteuils miteux de la pièce, Maria ne broncha pas. Elle n'avait aucune raison de le faire, elle n'était pas une chienne qui devait obéissance à son maitre.

Alors il la força d'un simple coup de vent. Elle avait beau résister, ce pouvoir n'était pas comparable à aucun auquel elle a dut faire face durant sa maigre vie. Ainsi, elle tomba lourdement dans le fauteuil, manquant de traverser l'assise. Maria grimaça légèrement et repoussa d'un souffle une mèche rebelle qui lui barrait la vue. Pylos montrait ses dents menaçantes, et la fixait de son air supérieur et irritable.

- Et si je ne veux pas survivre, mais vivre ?! J'en ai plus qu'assez de vivre dans la misère. J'en ai marre de risquer ma vie à chaque fois que je sors ! Quand est-ce qu'on attaque New York ? Quand est-ce qu'on rétablie l'ordre du Concile des 13 ? Tu nous promets que ce jour arrivera, qu'il faut être patient, mais ma patience à des limites ! Ce n'est pas une vie que l'on mène Pylos, regarde nous !!

Maria était bien la seule à lui parler de la sorte. Mais parce qu'elle savait qu'elle pouvait se le permettre, car elle savait qu'au fond, il ne lui ferait aucun mal. Il ne pouvait pas la tuer, après tout, il l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pylos V. Ford
Admin


Messages : 90
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 10/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Tyran

MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Dim 22 Déc - 10:07

Pylos essayait de garder contenance. Il n’avait pas l’habitude qu’on le traite de la sorte. D’ordinaire, ses sbires – car il ne s’agissait que de ça en réalité – lui obéissaient au doigt et à l’œil. Il avait établi un système de terreur au sein même de son groupe et tout le monde s’exécutait à sa volonté. Il était fort, il se considérait même comme l’être suprême. Personne n’a son égal et surtout pas Maria. Elle ne lui arrivait pas même à la cheville. D’un claquement de doigt, il pouvait faire entrer une bourrasque glacière par la fenêtre et la faire exploser en un tas de chairs sanglant. Mais il ne fit rien. Strictement rien. Il la haïssait lorsqu’elle lui tenait tête, mais en même temps, il avait cette envie sauvage de lui déchirer la robe et de la baiser comme une bête sauvage sur ce lit miteux. Il l’aimait, ô combien il l’aimait. Et au fond, Maria n’avait pas tort. Il en était assez d’attendre leur gloire. La horde avait déjà une belle réputation et tout le monde en avait peur. Alors qu’avait-il à craindre de New York ? L’armée d’Asmarith ? Il pisserait vulgairement dessus.
Déconcerté par les propos de la jeune femme, Pylos se retourna et la plaqua contre un mur, planta ses doigts malingres dans sa gorge.

-Je t’autorise à me parler sur ce ton, mais sache qu’ici tu n’as aucun droit, aucun pouvoir. Si je décide de ne pas attaquer New York, j’ai une bonne raison. Désolé, mais pour l’instant tu ne m’as aucunement prouvé que tes idées étaient très utiles au sein du groupe.

Il n’aimait pas avouer son attirance pour Maria et encore moins lui donner du terrain. Alors il fallait qu’il la dresse, qu’il la rende un peu plus docile. Elle était libre de partir si elle le voulait, mais il savait qu’elle ne tiendrait pas une heure sans son intervention. Maria était capricieuse et trop idiote pour s’aventurer seule dans la Zone Extérieure. Il ne lui avait jamais donné la moindre mission, de peur qu’elle se tue avant même d’accomplir sa tâche à bien. C’est sûr qu’elle s’ennuie, vu qu’elle n’a jamais rien à faire. Mais si elle se mettait sérieusement à devenir intelligente, il y aurait des chances qu’elle puisse se plaire ici.

Le Manoir grinçait doucement sous les coups des vents assassins qui claquaient les portes et les volets en bois. Pylos avait décidé de vivre ainsi pour une bonne raison. Il se considérait comme un virus qui se propage, qui s’installe au bon endroit et qui infecte tout l’organisme petit à petit. Il n’était ni loin de New York, ni loin d’Alticio. Il avait besoin des deux. L’une pour les ressources, l’autre pour la gloire, le prestige et surtout la puissance.

-Tu peux discuter mes ordres ici, avec moi. Mais pas en face des autres … Ne t’étonne pas du châtiment que tu recevras la prochaine fois que tu oseras contredire mes ordres, surtout lorsqu’ils sont vital. On a besoin des uns et des autres, sinon comment veux-tu qu’on s’en sorte ?!

Pylos la relâcha brutalement vers une chaise et la regarda de haut. Maintenant il la voyait nue, ses mains chaudes parcourant ses courbes maigres et le bout de ses petits seins. Il sentait les choses vibrer en lui, un corps grandissant et se gorgeant de désirs. Ses lèvres brûlantes voulaient lui parcourir le cou, son visage poupin et bien entendu le parfum délicieux qu’il voyait se dessiner entre les plis de sa robe. Il voulait entendre ses cris sauvages raisonner dans toute la maisonnée.

_________________

Je vois la vie en rose, avec des éléphants roses qui affectent ma prose, et des Marloes qui tapent la pose tandis qu'une poète compose à son ami la rose. Il lui compte qu'on est bien peu de chose, et qu'une bohémienne douée d'hypnose lui a fait voir son apothéose au travers d'une porte close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maira Da Vito
Horband


Messages : 60
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 3/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Danseuse

MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Jeu 5 Juin - 20:41

Maria ne comprenait pas ce qui la retenait de hurler. Il la traitait vraiment comme une merde, c'était indiscutable. Et pourtant l'envie de lui sauter à la gorge pour lui arracher un baiser langoureux la démangeait. Il la traitait d'idiote ? Soit, mais il était bien content de l'avoir dans son lit. Elle se cramponna au dos de la chaise, puis esquissa l'ombre d'un sourire sur son visage anguleux. Ca faisait si longtemps, si longtemps qu'elle n'avait pas sentie la peau de son héros lui parcourir le corps. Elle avait besoin de lui, maintenant. Alors, insidieusement, elle se glissa vers lui et lui passa ses doigts malingres dans ses cheveux gras. Qu'espérait-il vraiment ? Qu'elle obéisse comme un chien ? Certainement pas, elle n'allait pas agir de la sorte, sans un échange. Un peu d'amour par exemple ? Ca le tuerait d'exprimer ses sentiments une fois ?

- Tout le monde se doute bien de ce qui se trâme. Et toi tu attends ? Pourquoi ? Sérieusement, pourquoi ? Tu as tout pour être un vainqueur, pour mettre à sang et à sac la capital. Tu maitrises les vents Pylos. Qu'est-ce que tu attends bon sang !

Elle en avait marre de vivre dans la crasse, dans le froid et ces bourrasques de vent commençaient sérieursement à la rendre malade. Elle voulait loger dans les locaux spacieux et luxueux d'Asmarith. Elle voulait prendre un bain à la lavande, flâner toute seule dans Central Park et y connaitre à nouveau les douces odeurs de leurs fragrances. La végétation lui manquait, le soleil synthétique également et même ce ciel bleu ... Elle ne restait pas auprès de Pylos parce qu'elle espérait un jour qu'il renverse le gouvernement, non, mais il y avait bien une partie de ça. Le confort lui manquait, même si au fond, elle ne l'avait jamais vraiment vécu.

Sa langue commença à parcourir le lobe de l'oreille de son aimé. Ca l'excitait ? Elle l'espèrait. Enfin, ses mains se glissèrent dans la chemise cramoisie de Pylos afin de sentir sa chaleur corporelle. Qu'il était ferme et musclé, elle adorait ça. D'ailleurs, quelle femme ne pouvait pas succomber à ses charmes ?

- Je t'aime Pylos. Mais je t'aimerais d'autant plus si tu agissais maintenant. Et je te promets que dans ce cas, je t'obéirais au doigt et à l'oeil.

Elle se trouvait maintenant devant lui et se débarrassa de sa chemise en lin gris, qui glissa le long de ses hanches. Voilà, elle s'offrait toute entière à lui. Il n'avait qu'à dire "oui" et c'était parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pylos V. Ford
Admin


Messages : 90
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 10/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Tyran

MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Mer 25 Fév - 14:31

Elle se mouvait devant lui tel un serpent. Ces gestes sensuels le prenait à la gorge. Interloqué, hypnotisé, Pylos se laissait complètement aller à la séduction. Tout son être vibrait et en même temps, sa tête lui disait fermement de revenir sur Terre. L'action torride, les parties de jambes à l'envers n'étaient pas pour maintenant. Comme elle le disait si bien, il devait mettre son plan à execution. Il devait agir avant que le Concile de 13 ne puisse prendre tout le monopole. Il savait que Daren lui viendrait avec des informations avantageuses. Il avait en tête tout un plan bien ficelé et il se rendait compte que la femme qui se tenait face à lui, était prête à bien plus pour avoir ne serait-ce qu'une once de pouvoir face aux autres. Mais que croyait-elle sérieusement ? Qu'il allait lui léger une partie de son pouvoir afin qu'elle puisse jouer les sous chefs ? Certainement pas. Visiblement, Maria n'avait pas compris ce qu'était la horde des contrevents. Elle ne comprenait pas leur mission et ce qu'ils étaient, tous un chacun. Ses yeux parcouraient le corps nu de la jeune femme et pourtant il ne ressentait plus rien. Plus le moindre désir.

Sa langue lui parcourait le lobe de l'oreille. A ce moment là seulement, alors que ses doigts se glissèrent sous son t-shirt, il sentit dans son bas ventre un mouvement. Un contraction agréable qui faisait clairement gonfler son pantalon. Il la prit brusquement pas les épaules, lorgnant de ses yeux injectés de sang, sa poitrine gonflante, prête à se donner entièrement à lui. Il savait sa peau si douce, il savait qu'en parcourant de ses doigt rugeux ses petits tétons fragiles; il arriverait à la faire gémir de plaisir. Mais Pylos n'en fit rien. Il la repoussa légèrement, mais franchement, pour se laisser tomber dans le fauteuil miteux.

L'excitation était toujours présente, alors il s'éfforça de détourner le regard. Penser à autre chose. Il voulait sauter sur elle comme un sauvage, lui faire l'amour jusqu'au bout de la nuit, pendant des heures et des heures. Il avait un besoin fécond, un besoin d'homme et humain. Mais il ne fit rien.

- Mais tu n'as rien compris Maria. La horde des contrevents n'est pas fait pour se dominer les uns les autres. Tu n'auras aucun pouvoir dans ce groupe. Tu es au même niveau que les autres membres et je ne te donnerais pas plus raison, que Daren ou que Luke. Tu dois te soumettre aux ordres, respecter le clan et ça fonctionnera.

Il releva son regard empli de colère vers la moue contrit que formait les lèvres de Maria.

- Si tu ne veux pas, alors bon vent. Retourne donc dans ton bidonville. Joue à la misérable. Mais sache que personne ne me parle sur ce ton ! Même pas toi.

Un sourire carnassier se dessina sur son visage anguleux. Pylos n'avait plus l'intention de discuter, ni même de parcourir son corps du regard. Il trouvait ça dommage pourtant, ça faisait bien des lustres qu'il n'avait pas sauté une femme. Mais son comportement l'agaçait et il n'accepterait de se faire monter dessus, simplement si elle s'inclinait ou qu'elle mette son orgueil de côté.

_________________

Je vois la vie en rose, avec des éléphants roses qui affectent ma prose, et des Marloes qui tapent la pose tandis qu'une poète compose à son ami la rose. Il lui compte qu'on est bien peu de chose, et qu'une bohémienne douée d'hypnose lui a fait voir son apothéose au travers d'une porte close.


Dernière édition par Pylos V. Ford le Mer 25 Fév - 16:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maira Da Vito
Horband


Messages : 60
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 3/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Danseuse

MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Mer 25 Fév - 16:22

Elle était nue devant lui. Elle se donnait complètement à lui, espérant voir dans ses yeux l'excitation l'enivrer. Elle espérait vraiment pouvoir jouer de ses atouts pour le manipuler et enfin avoir ce qu'elle méritait. La gloire qu'elle avait eu jadis, être mise sous les projecteurs à nouveau, rien qu'un moment. Elle ne demandait pas grand chose, simplement l'amour d'un puissant personnage et avoir son mot à dire sur la gestion de la Horde. Mais Pylos la rembarra comme il savait si bien le faire depuis le début. Maira se demandait franchement pourquoi il ne l'avait pas laissé pour morte dans ce désert. Pourquoi la rejetait-il constamment ? Elle ne doutait pas que Daren ne soit pas derrière ce changement de situation constant. Il était le seul de cette tribu à détester foncièrement Maira. L'ex danseuse savait au plus profond d'elle même, que Pylos n'aurait jamais réagit de cette manière s'il s'écoutait parler, une seule fois. Ses pulsions étaient bien présentes.

Elle sentait le pouvoir de Pylos en elle. Jouer les danseuses de vents était désormais possible. Mais son pouvoir était si ... déroutant, qu'elle n'était même pas sûre de le maitriser correctement. Bien entendu, elle était loin d'être capable de pouvoir blesser Pylos, mais elle pouvait toujours s'en servir pour lui montrer qu'elle n'était pas prête à se faire marcher dessus. Mais que pouvait-elle bien faire ? Il avait raison après tout ... Lui parler de la sorte n'était pas juste, ni pour les autres, ni pour elle. Pylos était le maitre du Manoir, il les sauvait tous de ces vents virulent.

Les volets claquaient, la poussière s'infiltrait un peu partout et l'ambiance global du Manoir donnait des impressions étranges de mort imminente. Elle laissa pousser un long soupire, avant de se rhabiller.

- Ok c'est bon, je respecterai les ordres.

Une fois sa robe miteuse enfilée, elle noua ses cheveux sombres, puis s'arrêta sur le palier de la porte. Pylos n'avait pas bougé d'un poil, avachi dans son fauteuil comme d'habitude.

- Pourquoi m'avoir sauvé Pylos ? Tu aurais pu me laisser crever sur le bord de la route, mais tu ne l'as pas fait. Pourquoi ?

Elle le regardait, les yeux plein de colère. Maira ne supportait plus cette vie, mais elle savait qu'en retournant à New York, la vie qui l'attendait là bas n'était pas meilleure. Peut-être avait-elle une chance de s'en sortir ici, parmi les membres de la Horde ? Mais elle voulait savoir ce qu'il avait vu en elle. Si elle détenait ne serai-ce qu'un potentiel exploitable.


Dernière édition par Maira Da Vito le Jeu 5 Mar - 18:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pylos V. Ford
Admin


Messages : 90
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 10/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Tyran

MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Jeu 26 Fév - 19:16


_________________

Je vois la vie en rose, avec des éléphants roses qui affectent ma prose, et des Marloes qui tapent la pose tandis qu'une poète compose à son ami la rose. Il lui compte qu'on est bien peu de chose, et qu'une bohémienne douée d'hypnose lui a fait voir son apothéose au travers d'une porte close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maira Da Vito
Horband


Messages : 60
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 3/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Danseuse

MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Jeu 5 Mar - 18:19

Ainsi donc était la réponse. Maira déglutit péniblement. A l'intérieur, elle avait envie d'exploser, de courir vers Pylos et de lui arracher les yeux du bout de ses ongles. La bête était prête à bondir et à hurler sa colère. Mais elle n'en fit rien. Non, c'était une perte d'énergie inutile et visiblement, le Maitre des Vents ne cherchait que ça, voir sa plus grande faiblesse au grand jour. Elle aurait du refuser son offre et continuer sa route, quitte à se faire happer par la première bourrasque de lave.

Alors d'un geste des plus simples, elle pivota sur ses talons, épousseta sa robe miteuse, puis jeta un dernier coup d'oeil presque furtif en direction de Pylos. Elle était prise au piège et devait l'accepter. Comme tous ses compagnons finalement. Ils n'étaient que des pions dans le projet désastreux d'un homme fou et puissant. New York allait tôt ou tard périr sous le gourou de Pylos, mais de quelle manière ? Elle n'en savait rien.

- Très bien. On se voit plus tard alors.

Elle ferma la porte derrière elle, puis descendit les escaliers grincheux. La salle commune était remplie, seul endroit où la cheminée donnait un peu de lumière dans cette bâtisse habitée par les ténèbres. Ils étaient tous là, la considérant de haut en bas. Maira savait qu'elle n'était pas aimée, appréciée. Alors, elle se laissa tomber dans un fauteuil et ouvrit son journal intime pour y transcrire la pire discussion qu'elle avait eu avec Pylos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maira Da Vito
Horband


Messages : 60
Statu RP : Close
Niveau pouvoir : 3/10
Localisation : ZE
Métier/Etude : Danseuse

MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    Mar 10 Mar - 9:21

RP TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] L'agneau reste un agneau (pv Maria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Prise de risque - L'agneau dans le repère des loups [Pv. Ryuho D. Shikki]
» ♠ Le loup est un agneau.
» Gigot d'agneau en pommade d'ail.
» Côtes premières d'agneau
» Le loup et l'agneau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Contrevents :: La Zone Extérieur-